Imprimer cette page

Historique

Au cœur de l’hiver 61, Bernadette met au monde son 5ème enfant. Venue de Sierre pour travailler à l’Hôtel de Praz-de-Fort, elle n’en repartira plus et épousera un gars du coin : Camille Formaz.
Bien vite, le petit Jean-Pierre grandira, grandira et lorsque plus tard il héritera de son père le surnom de « Poucet », bien des gens auront le sourire en voyant débarquer cette force de la nature.
Après avoir accompli sa scolarité primaire à Orsières, Jean-Pierre suivra de 1977 à 1979 les cours de l’Ecole d’Agriculture de Châteauneuf. Sa vie se partagera entre les travaux dans l’exploitation agricole de ses parents, les mois d’été à l’alpage et les remontées mécaniques en hiver.

Les 3 voeux

Dès 1984, JP veut voler de ses propres ailes. Il achète un tracteur et s’occupe du bétail disséminé dans plusieurs écuries du village.
L’été 1990 verra la réalisation du 1er vœu. Jean-Pierre est l’heureux propriétaire de Pommette. Cette splendide bête deviendra après bien des luttes Reine de l’alpage de Plan la Chaux. Bonheur total.
Bien vite les questions arrivent. La place manque.JP se sent à l’étroit. Vaut-il la peine de continuer de cette manière ? Ne serait-il pas préférable de tout arrêter et de s’orienter vers une autre activité ? S’agrandir ? Construire une ferme ? Pourquoi pas ! La voilà la solution : construire une ferme…
En 1992 une grande et belle ferme sera construite à l’entrée de Praz-de-Fort à 1150m d’altitude sur la route de « la Vallée »comme on dit dans le coin à propos du Val Ferret. Le 2ème vœu est réalisé.
Aidé par quelques membres de sa famille, Jean-Pierre s’occupe de son bétail, prend des vaches en hivernage, gère les achats et les ventes . L’exploitation prend de l’ampleur.
En 1998, Pauline Lattion, demoiselle du Val d’à côté, sera attirée par Promesse et des promesses. Ils se marieront en grande pompe et en toute hâte. 3 enfants, Mélanie en 99, Justine en 2000 et Fabien en 2003 amèneront de la vie et du travail. Le 3ème vœu est réalisé à son tour. En 2004 Jean-Pierre désire améliorer ses connaissances et obtient le brevet fédéral.

La suite

Chaque jour apporte son lot de soucis mais aussi de petits bonheurs. Ce métier pénible, « esclave de ses vaches ! » comme dit Pauline, demande une présence continue. Mais l’indépendance est une denrée rare et vaut bien son pesant de sacrifices. Et lorsqu’en plus on a la joie de voir sa vache favorite, Chips, être sacrée 2 ans de suite Reine Cantonale, on veut bien repartir pour un tour.
Dégustant les produits de la ferme arrosés par un petit vin de Chamoson, l’œil rivé sur ses vaches on ne peut que se dire que la vie est belle…et qu’il est grand temps de faire un vœu.

Dernière modification le jeudi, 13 février 2014 20:23